Projet du nouveau Muséum >

LE PROJET DU NOUVEAU MUSEUM


La région de Nice, située à la rencontre des Alpes et de la Méditerranée, posée entre l’Europe et l’Afrique constitue un carrefour biologique d’une importance capitale pour l’étude de la flore et de la faune mondiales. Ancré dans cet environnement naturel remarquable, le Muséum d’histoire naturelle de Nice possède un fonds riche et ancien constitué dès le début du XIXe siècle par des naturalistes de renommée internationale et se positionne en terme de valeur patrimoniale dans les tout premiers muséums de France.

Situé sur le boulevard Risso, en bordure de la vieille ville, le Muséum d’histoire naturelle se trouve actuellement très à l’étroit dans des locaux totalement inadaptés et ne dispose que de 150 m2 de surface d’exposition pour présenter au public l’une des plus importantes collections scientifiques de France. S’appuyant sur de nombreuses expositions réalisées intra- et -muros, et malgré ces handicaps liés aux bâtiments, il a réalisé en 2007 une fréquentation de près de 168 000 visiteurs, signe d’un intérêt évident du public.

Partant de ce constat, la ville a souhaité relocaliser le muséum dans le cadre du site du parc Phœnix situé dans le quartier de l’Arénas, à l’entrée ouest de la ville. Le projet du nouveau Muséum s’apparente, avec la réimplantation de l’établissement aux côtés du Parc Phœnix, parc floral et animalier, à la création d’une Cité des Sciences de la Nature. Cet ensemble aurait des dimensions plus conformes aux besoins de fonctionnement (expositions, collections) et aux nouvelles missions que la loi Musée de France préconise quant à l’accueil des publics (animation, information/documentation).

Dans ce cadre magnifique et verdoyant, le Muséum aura la pleine opportunité de présenter au public son inestimable collection et viendra compléter les animations du parc floral , permettant ainsi de créer une véritable synergie
et de placer la ville de Nice dans le champ de la culture scientifique, à l’image de ce qui se fait dans d’autres villes importantes : Jardin des sciences de Strasbourg, Musée des sciences du pays d’Aix et nouveau muséum de Toulouse.

Ce projet sera fondé sur les sciences de la nature qui comprennent celles de la vie, de la terre, de l’environnement et celles de l’homme. Ses missions principales seront d’une part, d’améliorer les connaissances pour une meilleure gestion du patrimoine naturel méditerranéen dans le cadre d’un développement durable et d’autre part, de sensibiliser le public et surtout les jeunes générations à la valeur de ce patrimoine et à la nécessité de le protéger.

Au moment où la politique de l’Etat tend vers une ouverture du monde de la recherche au grand public, se profile avec le projet scientifique et culturel conçu pour le Muséum d’histoire naturelle de Nice, un outil de tout premier choix pour développer des actions territoriales. Ce projet est, de plus, conforme aux préconisations du Sénat (Rapport de juillet 2003) qui met en avant comme priorité nationale pour la décennie à venir, la diffusion de la culture scientifique et technique et notamment, une politique active en faveur des musées pour créer des passerelles entre la science et la société.
Le nouveau Muséum se présentera comme un outil de développement local au rayonnement international, un outil d'un grand intérêt scientifique et culturel mais également touristique avec ses retombées économiques.